Crise économique : Oran relativement épargnée

Crise économique : Oran relativement épargnée

TSA Algérie

TSA
Crise économique : Oran relativement épargnée

Oran est relativement épargnée par les coupes budgétaires liées à la crise économiques grâce notamment à l’organisation des Jeux méditerranéens en 2021. La wilaya devra tenir en effet les engagements pris par l’Algérie devant le Comité international olympique en matière de réalisation des installations sportives pour accueillir cet événement. « Le budget global consacré aux différents projets de la wilaya s’élève à 340 milliards DA pour le financement de près de 1 119 opérations », précise un responsable de la direction de l’administration locale (DAL).

Le complexe sportif comprenant notamment un stade de 40 000 places, le village olympique, l’extension de la ligne de tramway, la nouvelle aérogare, la rocade Sud, l’agrandissement du terminal à containers du port ainsi que plusieurs autres projets sont maintenus.

Il en est de même pour la liaison reliant le port d’Oran à l’autoroute Est-Ouest sur 26 km qui « sera réceptionnée vers la fin de l’année 2018 », selon un responsable de la Direction des travaux publics.

Dimanche, l’Algérienne des autoroutes a adressé une mise en demeure au groupement algéro-turc Makyol-Engoa pour relancer le chantier de la première tranche de 8 km, dans un délai de 60 jours.

À l’opposé, d’autres projets devront attendre la sortie de crise dans laquelle se débat le pays. C’est le cas du métro dont l’étude a été ficelée, de la tour «signal» de 220 m de haut qui devait accueillir des entreprises versées dans les nouvelles technologies prévue sur le plateau du mont Murdjadjo.

Autre projet suspendu : la réalisation d’un grand édifice culturel à la cité Akid Lotfi avec un opéra de 2500 places et une cité des arts et des sciences. Autre dommage collatéral de l’austérité : le projet d’un méga centre d’affaires qui abritera entre autres un établissement financier, prévu à Es Séddikia.

La réalisation d’un nouveau port commercial prévue à El Mactaa, d’une marina à Madagh et d’un aquarium à Arzew sont aussi compromis à court terme.

Selon les autorités, le secteur du logement sera épargné par les coupes budgétaires. « La totalité des souscripteurs à la formule AADL recevront leurs logements », avait promis Abdelmadjid Tebboune lors d’une récente visite à Oran lorsqu’il était ministre de l’Habitat.

Un total de 31 000 logements sont projetés à Oran. Les chantiers de 13 000 unités AADL, 1300 logements LPA et de 2000 unités du programme LPP sont en cours. Le plus grand lot de logements a été affecté au relogement des milliers de familles qui vivaient auparavant dans des conditions précaires, aux Planteurs, à Ras El-Aïn ou dans les fermes de haï Fillaoucen. 9.000 logements, notamment sous la formule LPL (Logements Publics Locatifs) sont en cours à Belgaïd et à Oued Tlelat. Dans la foulée, une méga cité de 50.000 logements est inscrite pour être réalisée sur plus de 1.300 hectares à Misserghine. Le parc de logement de la wilaya a atteint, fin 2016, quelque 363.513 unités, contre 237.537 unités en 2005, soit près de 126.000 unités réalisées en une décennie.

Crise économique : Oran relativement épargnée

Lire depuis la source

Quel est votre commentaire